Bientôt un livre sur les médaillés olympiques français de 1896 à nos jours !

Publié le par Administrateur

 

Sortie prévue en librairie : 2ème semestre 2011


  de-gauche-a-droite-Arnaud-Tournant--Gregory-Bauge-et-Ke.JPG

Les grands champions ne meurent jamais, paraît-il… Pourtant, les faits sont malheureusement là pour nuancer cette formule. J’en ai moi-même fait l’expérience en 2005, quand j’ai découvert, de manière fortuite, qu’un porteur de mon nom de famille – Jean Gachet – avait été sacré vice-champion olympique de boxe aux Jeux d’Anvers en 1920. Qui était-il, et surtout comment était-ce possible que personne, dans mon entourage, n’avait jamais eu écho d’une telle « célébrité » familiale ? Certes, vérification faite, nous ne partagions aucun lien de sang, mais s’imposa alors à moi l’idée de contribuer à restaurer la mémoire collective sur l’identité de ces hommes et femmes qui ont contribué à la gloire sportive de la France et dont le point commun est d’avoir remporté, en individuel ou par équipes, une médaille d’or, d’argent ou de bronze aux Jeux Olympiques.

 

En effet, il est surprenant d’observer l’absence d’ouvrage retraçant la vie et le palmarès de l’intégralité de ces athlètes, dont parmi eux figurent des grands noms dont les jeunes générations ont perdu le souvenir. Qui saurait dire qui étaient Louafi El Boughari, Lucien Gaudin, Joseph Guillemot, Franz Reichel, Max Decugis, et beaucoup d’autres, qui, véritables icônes du sport tricolore de leur époque, ont parfois donné leur nom à un équipement public ? Et à fortiori, bien peu nombreux sont ceux qui ont déjà entendu parler du rameur Georges Lumpp, de l’archer Julien Brulé, du footballeur Pierre Allemane, et de ces centaines d’autres athlètes aujourd’hui tombés dans l’oubli ?

 

Leur parcours méritait bien un livre.

 

Ainsi naquit cet ouvrage dont l’objectif central est de rassembler en un seul volume une courte biographie pour chacun d’entre eux, au nombre de 1067. Une biographie destinée avant tout à redonner toute leur place à ces héros dont le souvenir s’est parfois éteint ou dilué, en raison notamment d’une médiatisation limitée des Olympiades d’avant-guerre, d’un manque d’intérêt des institutions sportives d’autrefois à conserver la mémoire des athlètes, et de la perte ou la dispersion des archives anciennes.

 

Mes recherches se sont donc d’abord centrées sur l’identité même de ces hommes et femmes, par une vérification systématique de leur état civil. Elles ont été parfois difficiles ; certains sportifs sont restés dans les annales du sport sous leur seul nom de famille, comme le nageur Tartara, ou sous un prénom qui n’a jamais été officiellement le leur, comme le gymnaste Noël Bas. Mais elles ont été toujours passionnantes et l’occasion de belles découvertes. Il ressort aussi de cette enquête d’étonnantes surprises, notamment que les médailles olympiques françaises n’ont pas toutes été gagnées… par des Français, et que certains athlètes ont décroché un podium dans deux disciplines différentes. Ce travail permet aussi de dévoiler de nombreuses statistiques inédites, par exemple sur l’âge ou l’origine géographique des médaillés.

 

De l’avis unanime des champions eux-mêmes, un podium olympique constitue l’un des moments les plus forts de toute une carrière sportive, l’aboutissement d’un long itinéraire de travail, d’entraînements et de sacrifices. Que cet ouvrage puisse participer à l’hommage que notre pays doit à ces grands athlètes.

 

 

Sur la photo, de gauche à droite : Arnaud Tournant, Grégory Baugé et Kévin Sireau (crédit FFC - P.Pichon)

Publié dans Evènements

Commenter cet article

Jean-René 17/01/2011 09:22


Merci pour ce projet fort intéressant, dont j'attends avec impatience l'aboutissement. Etonnant en effet que de le nom de nombreux champions soit ainsi tombé dans l'oubli.